Avertir le modérateur

27/01/2010

Les lessives vertes ne sont pas si écolos !

D'après consoglobe, une famille française consomme en moyenne par an :

  • 3 à 4 litres de liquide vaisselle,
  • 10 à 20 litres de nettoyants ménagers,
  • réalise 220 lessives soit 26 litres de lessive liquide (ou 40 kg de lessive poudre)
  • utilise 10 kg de poudre pour lave-vaisselle par an

Les lessives ainsi que tous les produits ménagers se retrouvent dans les eaux usées. Très difficilement biodégradables en station d'épuration, certains composants des lessives sont ensuite en partie rejetés dans les cours d'eaux et les rivières.

guide-lessive-410.jpg

Crédit photo : coupdepouce.com

Mais de quoi se compose exactement la lessive ?

  • des détergents plus ou moins agressifs et nocifs (alkylbenzène-sulfonate, savon, laurylsulfate, dodécylbenzène-sulfonate, etc.)
  • des composés alcalins (borates, carbonates)
  • des agens anti-calcaire et des agents antiredéposition (pour éviter que les salissures se rédeposent sur le linge)
  • des enzymes et des agents de blanchiment
  • du ballast (pour la manipulation de la poudre)
  • de l'eau (pour les lessives liquides)
  • des conservateurs, des parfums et souvent des colorants

Certains composants -détergents en particulier sont très fortement suspectés d'interférer avec le métabolisme des animaux (en particulier amphibiens), des poissons et de l'homme. On suspecte certains détergents d'être à l'origine des changements de sexe des mollusques et des poissons et de la disparition des amphibiens.  Les tensioactifs pourraient également être responsable de problèmes hormonaux et de maladies chez les êtres humains.

L'Institut national de la consommation (INC) a réalisé une enquête sur les lessives classiques et les lessives "vertes" et qui a été publiée dans 60 millions de consommateurs fin 2007. Cette étude n'est pas très récente mais la conclusion de cette enquête est  sans appel : toutes les lessives sont nocives pour l'environnement, il n'existe pas de lessive réellement écologique !

Cependant l'étude réserve de grosses surprises. S’agissant de la lessive en poudre et en tablettes, les marques "écolos" comme  "Le Chat", "Maison verte", "l’Arbre vert" ou encore "Ecover" s'avèrent être les plus toxiques ! Les marques "Apta Advance", "Dash" et "Super Croix" s'avèrent être moins nocives pour l'environnement que ces dernières.

En outre, dans cette étude quatre lessives liquides ont un potentiel de nocivité pour l'environnement très élevé : parmi celles ci il y a Epsil de Leclerc ou encore Skip Air Activ’d’Unilever.

L'étude démontre la limite de l'écolabel européen et des autres réglementations concernant la biodégradabilié de ce type de produits. Les lessives vertes sont loin d'être 100% sans danger pour l'environnement.

Symbolisé par une fleur, l'écolabel européen s'attache surtout à la réduction des emballages et la consommation d'énergie pendant le lavage. Le niveau de toxicité est évalué pour les ingrédients pris séparément et non pour l’ensemble du produit. Pourtant ce label garantit de faibles impacts environnementaux tout au long du cycle de vie du produit. Créé en 1992, l'écolabel européen est seul label écologique officiel européen utilisable dans tous les pays membres de l'Union Européenne. Certes l'étude date un peu mais mérite qu'on y prête attention !

Dans le même registre, la réglementation qui a été adoptée en 2005 concernant la biodégradabilité des produits exige un taux de 60% de biodégradabilité en 28 jours ce qui est nettement insuffisant au regard des 20 millions de lessives effectuées chaque jour en France. De plus, la règlementation ne s’applique qu’à certains ingrédients.

Au final, seules les noix de lavage constituent un procédé totalement écologique. La toxicité des noix de lavage est tellement faible qu'elle se rapproche de celle de l'eau. Une autre alternative écologique consiste à utiliser du savon de marseille véritable et sans additifs (à base d'huile d'olive et de soude) ou du savon d'Alep pour la lessive.

KW-Savon-lessive1-L.jpg

On peut réaliser soi-même sa lessive très simplement à partir d'eau bouillie, de savon de marseille râpé et de cristaux de soude. Voici une recette (que j'ai testé et approuvée) :

  • 100 gr de savon de marseille (naturel) rapé
  • 80 gr de cristaux de soude
  • 50 gouttes d'huiles essentielles
  • 2.5 litres d'eau

Râper le savon de marseille. Le dissoudre dans l'eau bouillante et mixer. Quand le savon est totalement dissous, ajouter les cristaux de soude. Laisser refroidir. Ajouter les huiles essentielles et passer un coup de mixer avant de mettre en bouteille.

Le savon de marseille ayant un PH alcalin (10), il est conseillé de mettre un peu de vinaigre d'alcool dans le bac adoucissant pour chaque lavage afin d'éviter les dépôts calcaires et pour rendre le linge plus doux.  On peut l'agrémenter de quelques gouttes d'huiles essentielles. Au sortir de la machine, le linge ne sent pas le vinaigre.

Voici une autre recette, en images : http://meselfeebulations.unblog.fr/

Dernières choses à savoir surtout pour les habitués aux produits classiques et les sceptiques :

  • L'eau de Javel ne nettoie pas : c'est un désinfectant ! On l'utilise plutôt pour les hôpitaux.
  • Nettoyer sans frotter est un leurre ou bien les produits qui le revendiquent sont bourrés d'agents très toxiques. Pour éviter d'avoir à les utiliser, un nettoyage fréquent est la meilleure solution.
  • La bonne odeur de propre n'existe pas : le propre n'a pas d'odeur ! Dans les lessives et les produits nettoyants, cette bonne odeur est due aux muscs artificiels qui peuvent être allergisant et dangereux sur le long terme.

Pour aller plus loin :

Les publicités en font-elles trop ? http://observatoiredelapublicite.fr/2009/02/01/lechat/

Les faux-amis de l'écologie : http://admin.blogs.psychologies.com/la_vie_en_vert/2009/0...

Comparatif écolabel et écocert : http://www.biocoop.fr/telechargement/BIOCOOP_COMPARE.pdf

22/01/2010

Ecosse : 31% d'énergie renouvelable d'ici 2011

Depuis 2005, l'Ecosse a choisi d'exploiter son fort potentiel énergétique (le meilleur d'Europe) en se tournant vers l'éolien et l'énergie marémotrice. En 2006, 16% de l'énergie produite en Ecosse était déja renouvelable.

1243016_70835687.jpg

Aujourd'hui l'Ecosse franchit une étape décisive avec l'annonce par le Crown Estate britannique de son projet de construction de fermes éoliennes offshore d'une puissance de presque 5 GW au large de la côte Est du pays. Cette ferme éolienne devrait fournir une quantité suffisante pour alimenter deux millions de foyers écossais.

D'autres projets de fermes d'hydroliennes devraient voir le jour. L'Ecosse montre sa volonté farouche d'exploiter au mieux son potentiel et de se placer en tête des pays producteurs d'énergie renouvelable malgré les contraintes. Les prochains objectifs écossais en production d'énergie renouvelable sont de  50% d'ici 2020 et de  80% d'ici 2050 !

Vous pouvez voir  sur You Tube la video du discours de Nouvel An du Premier ministre écossais concernant les projets en énergie renouvelable (en anglais) :

 

17/01/2010

Un projet de maison écologique en carton en Alsace

Ce n'est pas une blague mais un véritable projet de maison écologique et bon marché en Alsace. Selon les résultats tests, cette maison se classerait au top du bâtiment passif avec un rendement énergétique excellent et un impact sur l'environnement très faible.

Pour le moment c'est encore un projet mais le principe (breveté) est simple et ingénieux : la maison possèderait une ossature bois et accueillerait des plaques de carton solides de 20 cm d'épaisseur, collées ensemble, imperméabilisées et résistantes au feu grâce à un film polymère. Collées ensemble les unes avec les autres, ces plaques de carton formeraient les murs, le plafond et même le sol.

FichierSainte Marie-aux-Mines 040.jpg

Crédit photo : Bernard Chenal (2007) - Sainte-Marie-aux-Mines, Alsace (Haut-Rhin)

L'inventeur de cette maison insolite s'appelle Hubert Lê et est le directeur de l'Etablissement et service d'aide par le travail (ESAT) de Sainte-Marie-aux Mines dans le Haut-Rhin. Dans cet ESAT travaillent une centaine de personnes, dont 80 handicapées.

Ecologique et résistant, le carton possède de très bonnes qualités d'isolation à la fois thermiques et phoniques.

Les maisons actuelles consomment en moyenne 270 kw/m2/an pour le chauffage du foyer. La norme en construction pour les nouveaux bâtiments basse consommation énergétique (BBC) fixe une exigence de 50 kw/m2/an. La maison en carton devrait consommer encore moins d'énergie. D'après Hubert Lê, les valeurs obtenues lors des tests seront encore meilleures sur les produits finis.

Youcef Irmouli, docteur en sciences et techniques industrielles et partenaire de Hubert Lê avance même le chiffre d'une dizaine de kw/m2/an pour maintenir une température confortable (20 degrés) dans une maison de 120 m2 en plein hiver avec des températures très froides à l'extérieur. Une véritable révolution dans l'habitat car avec un matériau de base peu cher et totalement recyclé comme la carton, la maison devrait être financièrement accessible et même économique. A cela devrait même se rajouter une dimension sociale : les maisons en carton brevetées pourraient être en partie construites par des salariés handicapés.

Une maison prototype est actuellement en construction à Sainte-Marie-aux Mines près de l'ESAT et devrait être finie courant 2010. Si tout se passe comme prévu, la commercialisation devrait débuter en 2011.

 

13/01/2010

Les éoliennes Philippe Starck pas si démocratiques ?

En avril 2008, le designer Philippe Starck et le groupe italien Pramac lancaient l'éolienne à la portée de tous. Une éolienne née de la fusion entre écologie et esthétisme selon le designer et présentée à Milan dans le cadre du salon Greenergydesign : fuselage argenté lignes épurées, bijou de technologie néamoins démocratique et qui devait être accessible à tous.

windeo-eolienne.jpg

éolienne Philippe Starck à 7500 euros - Windéo

Malheureusement la révolution n'aura pas lieu ! L'éolienne qui devait coûter 300-400 euros selon le designer et que l'on pourrait acheter au supermarché comme un autoradio coûtera finalement... 7500 euros !

Les éoliennes d'entrée de gamme coutent environ 1000 euros, pour une puissance de seulement 400W alors que les consommateurs avaient retenu qu'à ce prix, le designer Philippe Starck parlait de l'éolienne présentée en avril et pouvant fournir jusqu'à 60% des besoins en électricité.

Erreur de communication ou "foutage de gueule" ? Le PDG de Windéo qui commercialise la gamme explique : le modèle à 7500 euros  (installation comprise) fournit une puissance d'1kw et est vendu moins cher en moyenne que les éoliennes américaines et allemandes du même type qui coûtent entre 12000 et 13000 euros. Une éolienne de ce type couvre environ un tiers des besoins électriques d'un foyer de 4 personnes mais revient moins cher avec le crédit d'impôt. Avec son design attratif, beaucoup d'architectes peuvent les intégrer dans leur projet et on s'attend à ce que les prix baissent encore.

Plus d'informations sur les éoliennes Philippe Starckhttp://www.windeo-planet.com/starck/

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu